2

Masser son bébé, plus qu’une technique

Je reviens de 4 jours passés à Montréal, au centre La Source en Soi, où j’ai participé à une formation pour devenir instructrice certifiée en massage pour bébé de l’IAIM (International Association of Infant Massage). Mon processus de formation est en cours et mon stage pratique début sous peu, à Ste-Agathe.

Ce cours vidéo explique rapidement les bienfaits du massage pour les bébés.

Même si j’avais suivi le cours en tant que maman, cette formation m’a nourrie, m’a ouvert les yeux et m’a outillée. Ces outils, ces prises de conscience, elles ont d’abord touché la mère en moi avant l’instructrice. Comme j’en avais parlé plus tôt dans un billet,  l’IAIM ne forme pas seulement à une technique de massage, mais bien à accueillir la dyade  parent-bébé, à favoriser l’établissement d’un lien d’attachement fort et unique entre eux et de montrer au parent combien il est compétent et la meilleure personne au monde pour prendre soin de son petit.

Dans notre monde où l’on sait tout sur tout (mais où personne ne sait plus rien s’il n’a pas fait une formation, un doctorat, etc. sur n’importe quel sujet qui soit, et qui va se tourner vers les experts), s’il y a bien une personne qui connaît et est à même de comprendre son bébé, c’est bien la mère ou le père de celui-ci ! Alors, bien sûr, l’instinct occupe une grande place dans la relation que l’on établit, qui s’établit devrais-je même dire, entre nous et nos bébés, et cet instinct, et bien, il est difficile de l’expliquer, le prouve scientifiquement.

L’IAIM forme des instructeurs qui placent les parents comme les experts de leurs bébés pour que les bébés se sentent compris et écoutés pour ce qu’ils disent et ce qu’ils sont. L’instructeur, lui, favorise, accueille et redonne leur pouvoir aux parents!

Je tiens à remercier toutes les belles femmes qui étaient présentes à la formation avec une mention toute spéciale à Françoise Lefebvre qui est une formatrice exceptionnelle, une de ces personnes qui met en pratique ce qu’elle enseigne; un bel exemple à suivre !

J’ai bien l’intention d’ouvrir de tels espaces de partages pour les parents et bébés de un an ou moins et  aux parents et enfants à besoins particuliers (jusqu’à 7 ans) dans les Laurentides. Je pense offrir ces ateliers à l’automne à St-Jérôme, Ste-Adèle et Mont-Tremblant… plus de détails à venir.

 

Publicités
3

Masser son bébé, ah oui?

On entend de plus en plus parler du massage pour bébé, et c’est tant mieux!

Je me prépare à suivre une formation pour être instructeur en massage pour bébé en juin 2013.. j’ai très hâte !!

Enceinte, j’ai lu le livre de Vimala Mc Clure « Le massage des bébés », la bible du massage pour bébé à mon sens. J’ai tellement aimé ce livre que j’ai suivi un atelier par un instructeur certifié AIMB pour apprendre à masser ma fille. J’ai ainsi pu prendre confiance en mes capacités de masseuse de bébé et, elle, a  pu profiter d’une maman moins stressée à l’idée de ne pas faire quelque chose de « pas correct ». 😉

Massage2
Cela étant dit, c’est l’approche de Vimala (et de l’Association Internationale de Massage pour Bébé dont elle est à l’origine) qui m’a touchée.

Parce qu’on peut masser son bébé et…masser son bébé.

Je m’explique:

La philosophie de l’AIMB dépasse la simple méthode, c’est une approche beaucoup plus large qui englobe l’écoute du bébé, la disponibilité du parent, la particularité de chaque situation… L’AIMB pousse les parents à se faire confiance et les conforte dans l’intuition qu’ils peuvent avoir de leur enfant, à savoir: mon bébé préfère être massé à tel ou tel moment, en ce moment, il préfère les massages du dos, etc. Tout en donnant des conseils, cette approche explique que c’est le couple bébé-parent qui, parce qu’il est unique, sait ce qui est le mieux pour lui. Le livre donne donc les mouvements techniques à faire pour masser telle et telle partie du corps du bébé, il donne aussi les techniques de massage en cas de coliques, mais il aborde la relation du toucher dans son ensemble, et, cela me semble tout aussi intéressant et important que l’aspect technique pur et simple.

Différents cas de figure sont également présentés dans cet ouvrage qui met l’emphase, à raison, sur le peau-à-peau: les enfants nés prématurément, les enfants qui ont une maladie, etc.

massage1

Masser son bébé, c’est donner encore plus de chances au lien d’attachement de se sceller dans des conditions idéales, c’est apprendre à se réserver des moments privilégiés avec un deuxième ou troisième enfant quand la vie quotidienne de la famille prend beaucoup de place et laisse peu de temps à des moments à deux avec bébé.

Masser son bébé, c’est aussi avoir un terrain de confiance et la possibilité, quand bébé est devenu grand, de se retrouver autour du massage et de délier les langues, discuter de choses importantes l’air de rien…

Bref, le massage a de nombreux bénéfices pour toute la famille, alors, n’hésitez pas et explorez !